Nouvelle marque : DS Audio, ou “comment réinventer le vinyle au 21ème siècle” !

Nous ne sommes pas peu fiers de vous présenter les produits de DS Audio, discret maître japonais de l’analogique, et tout particulièrement de la cellule phono. Et si je parle dans le titre de “réinventer le vinyle”, c’est que l’approche de DS Audio est vraiment radicalement différente des autres. Découvrez avec nous les fantastiques DSE1 et DS003 !

Présentation de la technologie

Avec ce constructeur, il va falloir sortir définitivement de la dualité “MM/MC”, car les cellules DS Audio ne sont tout simplement ni MM ni MC. Elles disposent d’une technologie qui n’a somme toute aucun lien avec ce qui s’est fait pendant des décennies en la matière.

Enfin, aucun lien, j’exagère un peu : bien sûr, les cellules DS Audio utilisent un diamant pour “lire” les sillons, et un cantilever pour transmettre la précieuse vibration au sein de la cellule. Au-delà, en revanche, on change de paradigme…

En effet, là où dans une cellule MM un aimant va “remuer” au milieu de bobines pour produire un signal électrique, et où il se passe le contraire dans une cellule MC, il n’y a chez DS Audio ni aimant ni bobine mis en oeuvre pour générer le signal de sortie !

Non, ici, ce sont des couple(s) de diodes et cellules opto-électriques qui vont être utilisées pour transformer l’information mécanique issue du disque via le diamant en signal électrique. Et tout l’intérêt de cette technologie réside précisément dans l’affranchissement de tout élément magnétique dans la cellule.

Cela implique forcément un préamplificateur phono dédié, que DS Audio appelle par ailleurs “equalizer” et non étage phono, pour pouvoir alimenter le dispositif optique logé dans la cellule. En outre, le niveau de sortie de ces cellules “optiques” est particulièrement élevé – de l’ordre de 70mV – ce qui ferait exploser n’importe quel étage phono conventionnel.

Notez au passage que ce niveau de sortie bien plus élevé qu’à l’ordinaire (MC : 0,1 à 0,5mV ; MM : +:- 3 à 7mV) contribue à mieux le préserver durant son trajet entre la platine et l’equalizer.

Autre avantage des cellules optiques, elles sont illuminées et c’est très joli dans l’obscurité 🙂 Ici, la DS E1 en action.

A l’écoute

La première chose qui frappe, pour ne pas dire qui choque, lorsque l’on dépose pour la premièrere fois le stylus d’une DS Audio sur une plaque noire, c’est … le silence ! L’absence quasi totale de bruit de surface. Vous savez, ce continuo plus ou moins perceptible que produit à peu près n’importe quel cellule classique, et qui peut aller jusqu’à gâcher purement et simplement une écoute.

Chez DS Audio, ceci n’existe pas. Pour tout dire, j’ai même cru lors du premier test que je m’étais trompé quelque part dans le branchement tant le silence était profond alors même que la cellule était bel et bien posée sur le disque en rotation. Incroyable.

La conséquence logique de cette disparition de tout bruit de surface, c’est l’émergence d’une quantité inhabituelle – même sur des disques de référence – de détails. Que ce soit avec la DSE1 ou la DS003 (et leurs equalizers respectifs), j’ai été stupéfait par le niveau de détail perçu durant les écoutes.

Au-delà des détails, nous avons été impressionnés par des basses tendues et vastes, engendrant une scène sonore proprement immense, ainsi que très profonde et parfaitement étagée.

Toutes ces qualités sont partagées par les deux modèles, ou plutôt les deux ensembles cellule/equalizer (DSE1 et DS003) que nous possédons. Mais sur la dernière, bien sûr, tout va encore plus loin, notamment en terme de séparation des canaux, sensiblement améliorée sur la 003, qui non contente d’être de gamme supérieure se trouve aussi être de conception plus récente encore, et profite ainsi des dernières avancées de la firme, qui ne compte pas s’arrêter là !

Conclusion

La conclusion de toute ceci est simple, et je ne doute pas que vous l’aurez devinée : il n’y a pour ainsi dire aucun moyen de retour en arrière ! Quand on a goûté une cellule DS Audio, on appréhende le monde du vinyle tout à fait différemment, avec un plaisir décuplé. Alors les cellules DS Audio sont-elles les meilleures au monde ? Difficile à dire, déjà parce que je n’ai pas écouté toutes les cellules du monde 🙂 et aussi parce que, comme toute chose en hifi, cela reste subjectif, mais à la question : est-ce que les cellules DS Audio m’ont apporté le plus grand plaisir d’écoute parmi ce que je connais ? La réponse est assurément oui !

Et je ne suis pas le seul à arriver à cette conclusion, manifestement (je précise que j’ai consulté ces tests après avoir effectué mes écoutes, comme toujours…). Attention, les liens qui suivent sont tous en anglais, la marque restant peu distribuée pour l’heure en France (indice : “outstanding product” veut dire “produit exceptionnel” :)) :

Franchement, je dirais que rarement une telle unanimité n’a été atteinte pour un produit aussi particulier !

Mais comme toujours, et vous le savez bien, ces tests ne doivent être qu’une incitation à venir écouter ces belles cellules, qui vous attendent à la Belle Ecoute 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *